Logo Allmyblog
Logo Allmyblog
Lien de l'article    

LA-DORDOGNE-CYCLISTE
la-dordogne-cycliste

Pêle-mêle, vous trouverez sur ce blog destiné aux compétiteurs cyclistes et à leurs dirigeants, une compilation de faits, de résultats, de photos, d’histoires, de publications, sans aucune chronologie de dates. Vous pouvez ainsi surfer d’une année à d’autres, de sorte que toutes les générations de lecteurs y trouvent leur compte.
Un blog dédié aux anciens coursiers de notre Dordogne et de sa périphérie, mais aussi à tous nos futurs champions.
(Blog de Bernard PECCABIN)
Venez découvrir en quelques clics l’actualité sportive de notre discipline et celui de ses valeurs au travers de son patrimoine.
Participez à la vie de ce blog en adressant photos et reportages à l'auteur. e-mail : bernard.peccabin@wanadoo.fr (Tél : 06 37 43 45 96)
"La Dordogne Cycliste" ? Vraiment un blog pas comme les autres, mais toujours au chevet de ceux qui ont fait à une certaine époque et jusqu’à aujourd’hui, l'actualité de notre discipline en Dordogne !
Blog jumelé avec http://velodordogne.canalblog.com/

Contacter l'auteur de ce blog

CATEGORIES
- RETRO EN PERIGORD
- MES PUBLICATIONS
- COURSES DISPARUES
- MES DOSSIERS
- PHOTOS et RESULTATS

5 DERNIERS ARTICLES
- EYMET, SON ANCIEN CANTON, SES COURSES CYCLISTES
- LE TOUR DE FRANCE EN DORDOGNE EN 2017
- ALAIN BUFFIERE : SA CARRIÈRE AMATEUR
- VERTEILLAC, SON ANCIEN CANTON, SES COURSES CYCLISTES
- CHAMPIONNATS D’AQUITAINE (palmarès)
Sommaire

10 DERNIERS ARTICLES COMMENTES
- NONTRON ET SON CYCLISME (1973-1980) 5° Publication
- COULOUNIEIX (course disparue puis reprise)
- TREMOLAT ET SA COURSE CYCLISTE DISPARUE
- EUGENE CHRISTOPHE : Une grande légende (2° partie)
- COURSES DE CLOCHER EN PERIGORD - (38° édition)
- COURS DE PILE (Course disparue)
- MARIUS DUTEIL - FIGURE DE LEGENDE DU CYCLISME PERIGOURDIN (4° partie)
- LE PIZOU (Prix des fêtes en août 1968)
- 9 Février 2010 - 9 Février 2015
- ÇA S’EST PASSÉ EN PERIGORD, IL Y A 50 ANS...semaine du 1 au 7 avril 1963

CALENDRIER
LunMarMerJeuVenSamDim
0102
03040506070809
10111213141516
17181920212223
24252627282930
<< Avril >>

BLOGS FAVORIS
Ajouter la-dordogne-cycliste à vos favoris
 MUSSIDAN : HISTOIRE DE SON CYCLISME (7° partie) 1952 Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 
Cliquer pour agrandirCliquer pour agrandirCliquer pour agrandirCliquer pour agrandir

- Bordeaux-Mussidan 1952 : La victoire de Angel Barquéro qui reçoit le prix d'équipe patronné par Amer Picon. A ses côtés en chemise blanche, son directeur sportif Albert Chaussade ne dissimule pas sa joie. (Photo  Albert Chaussade).

- De gauche à droite : Angel Barquéro, François Gourmelon, Albert Chaussade, un trio qui ne se sépara jamais malgré toutes les promesses proposées par les clubs à la ronde à nos champions (archive de Albert Chaussade)

- 1° Bordeaux-Eymet en 1952, remporté par Barquéro devant Valiani du VS. Villefrancois (photo Michel Barquéro).

- Ci-dessus, les deux crabes du club : Barquéro et Gourmelon, prêts à entreprendre une razzia dans les épreuves qu'ils écumaient dans la région et bien au-delà. A bord d'une voiture, dont ils sont parvenus à se payer, ils partaient en amis à la conquête des podiums.

 

1952 LA SAISON MEMORABLE DU RC MUSSIDAN

- Article précédent : 1950 ET 1951 au RC Mussidan (pour ceux qui veulent se situer dans le contexte)

1952 fut certainement la saison la plus chaude du cyclisme à Mussidan par la qualité des résultats. Dans l'équipe on trouvait maintenant des gens comme Barquéro, Despréaux, Rotrou, Gourmelon, Munini parmi les hauts de gamme. D'entrée Barquéro enlève les trois courses de classement, c'est devenu son habitude. Le Prix Marbot à Neuvic rassemble toutes les grandes vedettes du cyclisme régional où un certain Valentin Huot de l'US. Bergerac enlève l'édition des jeunes devant soixante quinze coureurs venus de Gironde, des Charentes et de notre Périgord. Au mois d'avril le traditionnel Prix Reboul revient comme les hirondelles au printemps, mais c'est Barquéro qui fêtera le printemps en remportant cette grande classique disputée cette année en quatre étapes entre Bordeaux-Mussidan-Villeneuve-Marmande-Bordeaux. Cazimajou l'emporte à Mussidan, Barquéro à Villeneuve alors que Rigon s'impose à Marmande et à Bordeaux. Mais au classement général c'est Angel Barquéro le poulain de Albert Chaussade qui triomphe en parcourant les 310 kms en 8h 04mn 14s, devant Rigon de Marmande et Cigano de Saint-Pierre. Par équipe, le Vélo-Club Lion s'adjuge le challenge Amer Picon (avec Antoine Latorre, Baggio et René Latorre) devant le RCM deuxième (avec Barquéro, Munini et Gourmelon). La presse est unanime pour glorifier cette classique et la qualité du vainqueur Barquéro, devant des hommes de valeur comme Rigon, Cigano, Beauvieux ou Nardi. François Gourmelon se classe quatorzième, Gaston Munini seizième. Vraiment le Racing a réalisé un gros truc !

F Coureurs licenciés en 1952 : Barquéro, Geneste, Despréaux, Rotrou, Devaud, Gourmelon, Munini, Chastanet, Lachartre, Guédon, Guglielmini, Gisout, Ducloux, Rebeyrol, Martin.

François Gourmelon n'en restera pas là. Lors du Grand Prix de Villefranche du Périgord, il se classe sixième derrière des garçons de référence tels Settino Perin, Armand Darnauguilhem et Valentin Huot, mais devant Michel Brun, Bermudez le redoutable champion venu du Roussillon ou encore devant le routier Serres licencié à l'AS. Eymet.

Et quinze jours après, c'est Barquéro qui fera parler de lui lors des 180 kms de course du XXXII° Bordeaux-Royan remporté par Jean Bidart de l'UC. Arcachon. Quelques kilomètres après le départ notre Mussidanais fait parti d'une échappée de treize unités. Sur la côte de Mirambeau qui constitue toujours un fait saillant de cette classique, Barquéro s'en va avec Cruzin, Gadras et Sieuzac. Barquéro embrayait dur. Étonnant rouleur il assure à lui seul la bonne marche de l'affaire. A chacun de ses relais il distance les poursuivants, dont ceux lâchés précédemment lors de l'ascension de Mirambeau. Des hommes comme Bidart, Baggio, Lemaître et autres outsiders dangereux ne peuvent revenir tellement le Mussidanais impose un régime d'enfer. Mais lors du premier passage à Royan, les poursuivants accomplissent un retour invraisemblable. Bidart opère la jonction. Ils sont huit maintenant mais Cruzin, Sieuzac et Gadras qui accompagnaient depuis longtemps Barquéro craquent. Ils ne sont plus que quatre pour la gagne. Et Barquéro engage le sprint, mais Bidart est le plus fort et dans cette longue ligne de quatre cent mètres, Barquéro héroïque et courageux terminera quatrième, se faisant rattraper sur le fil par Mancicidor et Bacquey. Même si Barquéro a manqué le podium, le grand homme et le grand champion de ce Bordeaux-Royan c'est bien lui et Charles Bidon le rédacteur de l'Athlète ne manque pas de lui tenir des propos élogieux après cette course folle.

F LE BUREAU DU RCM EN 1952 : Présidents d'honneur : MM. Chevalier, Chaigneaud, Despréaux et Gerbeaud, Président actif : M. Delhaye. Vice-Présidents : MM. Mespoulède, Denat et Agard. Secrétaire Général : M. Pierre Verrière - Adjoint : Thouron. Trésorier Général : M. Guénin - Adjoint : M. Garem. Directeur Sportif : M. Albert Chaussade. Membres : MM. Courtade, Lafond, Servant, Séron, Maze, Arnaud.

1952 c'est aussi des courses à Mussidan dont le prix de la fête nationale couru le 13 juillet sur une distance de cent cinquante kilomètres. On se souviendra de ce circuit à effectuer lors de trois boucles en forme de trèfle. La première boucle partait de Mussidan, par Théorat, Neuvic, Planèze, Saint-Astier, Saint-Germain, Saint-Vincent, Beauronne et Mussidan. Puis les coureurs enchaînaient avec la deuxième boucle par Montpon, Echourgnac, Saint-Michel de Double et retour à Mussidan. Et comme ce n'était pas fini on attaquait la troisième boucle sur Issac, Béleymas, La Ressègue, la Boule, Les Lèches et retour sur Mussidan. Félix Bermudez un coureur de métier venu de Limoux remportera la course devant Garcia du même club, Gourmelon (3°), Gadras de Bordeaux 4° et notre Barquéro bien placé en 5° position. Quelle course dans cette campagne de Mussidan … On se souviendra longtemps de cette épreuve où tous les officiels se retrouvèrent à l'issue au café Denoix pour l'apéritif d'honneur. Une occasion de flatter Barquéro qui avait remporté cette saison la première édition de la nouvelle classique Bordeaux-Eymet devant le Villefrancois Pietro Valiani.

F Pour la petite histoire, ce Pietro Valiani, licencié au VC de Villefranche du Périgord est le père d'Eric Valiani licencié aujourd'hui au CC Périgourdin et de Claude licencié dans les années 1980 à la Pédale Faidherbe. Il est aussi grand père d'Hélène Valiani, webmaster du site du CD 24.

Trois jours après, une autre frénésie régnait à Mussidan. Pour la première fois le Tour de France cycliste traversait le Périgord et la ville en ce mercredi 16 juillet 1952. Cette épreuve est considérée dans le monde entier comme la plus formidable organisation cycliste - et peut-être sportive - que l'on puisse mettre debout. C'est en tout cas, la plus populaire, à tous les sens du mot. Pendant près d'un mois, sur plus de 4 500 kilomètres de routes, la caravane va soulever l'enthousiasme le plus unanime. Citadins et ruraux, mineurs du Nord et forestiers des Landes, pêcheurs bretons et petits cultivateurs des vallées alpestres, jeune collégien qui a sauté "le mur" et millionnaire en villégiature sur le Côte d'Azur, toutes les classes de la population seront - au passage du Tour - représentées par une même âme collective. Le fracas des moteurs, des chansons, les placards publicitaires, la poussière, la sueur, les cris des vendeurs de journaux, les applaudissements et les acclamations vont composer une sorte de symphonie barbare mais émouvante, qui résonnera encore dans nos têtes bien longtemps après que le Tour aura traversé notre village. Partis de Bordeaux, les coureurs rejoignaient Limoges terme de la vingtième étape soit 228 kms. Laurédi et Rémy s'échappèrent après 30 kms de course. Rejoints, c'est au tour de Robic de traverser Ménesplet en solitaire, et le peloton se regroupera lors de la traversée de Périgueux. Au comble d'une belle échappée, c'est le Ribéracois Jacques Vivier qui s'offrira la victoire, lui déjà vainqueur du prix de Planèze organisé par le RC. Mussidan voilà à peine deux ans. L'ambiance devenait de plus en plus chaude dans le Mussidanais qui avait un respect, une passion et un engouement pour ce cyclisme de clocher qui faisait maintenant sa rentrée dans la cour des grands. La victoire de Coppi dans la grande boucle et les mérites de ses poursuivants ne laissaient personne indifférent, tout comme l'incorporation de notre meilleur régional Jacques Vivier dans cette grande boucle et au sein de l'équipe Sud-Ouest.

Le petit Racing d'Albert Chaussade après onze années d'existence additionnait ses succès. Quarante-cinq victoires s'il vous plaît pour cette saison 1952 et ceci pour vingt-deux licenciés dont une dizaine de coureurs particulièrement compétitifs. Le RCM par les chiffres devenait le premier club du Limousin et la presse ne manquait pas de claironner les bouquets des deux crabes du club : Barquéro et Gourmelon (c'est ainsi qu'ils étaient surnommés).

Angel Barquéro, vingt-cinq ans, de Saint-Mayme de Péreyrol, cultivateur (immigré espagnol, voir épisode précédent), le brillant et si populaire chef de file du club, quinze victoires remportées en premier lieu en début de saison, au grand prix Reboul-Picon, disputé en quatre étapes sur le parcours Bordeaux-Mussidan-Bordeaux, succès sensationnel qui combla d'aise son directeur sportif, enlevé à l'issue d'une lutte homérique contre une redoutable coalition, présage de ce que devait accomplir l'homme par la suite. En quelques temps Barquéro enlève coup sur coup deux belles victoires à Limoges, puis Bordeaux-Eymet, les grands prix Royal Codrix, des épreuves à Angoulême, Vergt, Bergerac, Aubeterre, Boissières, le Mouscard devant Danguillaume s'il vous plait, etc …

Mais le plus grand exploit accompli en cette année 1952 par le petit Barquéro brun et frisé, fut sans contexte au Grand Prix de Belvès. Après une bataille extraordinaire, il termina second, à quelques mètres de Maurice Bertrand le Coutrillon, imbattable ce jour-là, mais devant les As du Tour et autres professionnels, dont Chapatte et les pèlerins d'Argentine tels Caput, Teissière et Rémy, qui terminèrent cette course deux minutes derrière le vainqueur et le Mussidanais.

Ayant créé la décision, Angel fut consacré ce jour-là comme le héros d'une course où il démontra ses grandes et exceptionnelles possibilités. D'ailleurs, au cours de cette saison, et outre ses quinze victoires, n'enleva t-il pas de nombreuses places d'honneur face à des champions redoutés ?

Gourmelon inconnu voilà deux ans et repéré par Albert Chaussade devint Racingman depuis cette saison. Fin et agile, grâce aux conseils de son directeur sportif, de Barquéro et de toute l'équipe dirigeante, il remporta lui aussi quinze victoires. Venu s'implanter d'un seul coup au sommet de l'échelle des valeurs, Gourmelon fut à vingt-sept ans la révélation de la saison aux frontières du Limousin, de la Guyenne et du sud du Poitou. Parmi ses victoires citons les prix de Montignac, Saint-Martial, Vélines, Saint-Aulaye, Lisle et le championnat de son club. En outre il fut deuxième à Montboyer à une roue de Bidart et 3° à Montguyon derrière des clients comme Bertrand et Aubry. Mais sa victoire la plus appréciée fut sans doute celle qu'il accrocha lors de l'épreuve du Quart Sud-Ouest, dont il enleva une étape.

Et venant après ces deux ténors, appuyant leur action, luttant à leur côté, la saison vit également les exploits d'une jolie brochette d'outsiders possibles comme Munini et Devaud remportant chacun cinq victoires, Rotrou et Lachartre (deux), Blondy (une), et nous passerons sous silence les petites coursettes des fêtes enlevées par nos jeunes.

En résumé tous ces résultats de cette saison 1952 classent le RCM en véritable leader. Et pour une société isolée aux confins du sud Limousin, ce n'était pas si mal et du fait de cette circonstance tout le monde s'accordait à dire que moralement Mussidan vibrait bien au rythme de la proche Guyenne.

Côté organisations, le Grand Prix de Mussidan du 13 juillet restera le grand événement tout comme le passage de la grande boucle. Vingt courses furent organisées, et il ne fallait pas se plaindre, car en face la concurrence était rude avec Monsieur Chaumard de l'US. Vélines, ou celle de Monsieur Lerga de Ribérac, ou encore celle de Max Lambert du CC. Montpon. D'ailleurs Montpon montait en puissance avec la naissance du Montpon Cyclo-Club où se retrouvait le président Casagrande, secondé par le père Lautrète. Du pain sur la planche il y en avait, mais au Racing on savait se serrer les coudes et attaquer la saison 53 comme si de rien n'était.

- Pour connaître les épreuves organisées par le RC Mussidan en 1952, les noms des vainqueurs et tous les champions de cette époque, cliquez sur ce lien

LA DORDOGNE CYCLISTE - MUSSIDAN : HISTOIRE DE SON CYCLISME (7) © BERNARD PECCABIN

Prochain épisode : 1953-1954, une pluie de bouquets (à suivre)

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 22-02-2011 à 16h07

 « Article précédant Retour à l'accueil du blog Article suivant »

 Articles dans la même catégorie
- EYMET, SON ANCIEN CANTON, SES COURSES CYCLISTES

- LE TOUR DE FRANCE EN DORDOGNE EN 2017

- ALAIN BUFFIERE : SA CARRIÈRE AMATEUR

- VERTEILLAC, SON ANCIEN CANTON, SES COURSES CYCLISTES

- CHAMPIONNATS D’AQUITAINE (palmarès)

- LE CYCLISME A NONTRON ET EN PERIGORD VERT

- TOUR DU PERIGORD

- COURSES D’ANTAN - SAISON 2000 EN DORDOGNE




SYNDICATION
 
Fil RSS 2.0
Ajouter à NetVibes
Ajouter à Google
Ajouter à Yahoo
Ajouter à Bloglines
Ajouter à Technorati
http://www.wikio.fr
 

Allzic en direct

Liens Commerciaux
L'information à Lyon
Retrouvez toute l'actu lyonnaise 24/24h 7/7j !


L'information à Annecy
Retrouvez toute l'actu d'Annecy 24/24h 7/7j !


L'information à Grenoble
Retrouvez toute l'actu de Grenoble 24/24h 7/7j !


Application Restaurant
Restaurateurs, demandez un devis pour votre application iPhone


Fete des Lumières
Fête des lumières : vente de luminaires, lampes, ampoules, etc.

Votre publicité ici ?
  Blog créé le 09-02-2010 à 14h30 | Mis à jour le 15-03-2017 à 16h55 | Note : 8.93/10