Logo Allmyblog
Logo Allmyblog
Lien de l'article    

LA-DORDOGNE-CYCLISTE
la-dordogne-cycliste

Pêle-mêle, vous trouverez sur ce blog destiné aux compétiteurs cyclistes et à leurs dirigeants, une compilation de faits, de résultats, de photos, d’histoires, de publications, sans aucune chronologie de dates. Vous pouvez ainsi surfer d’une année à d’autres, de sorte que toutes les générations de lecteurs y trouvent leur compte.
Un blog dédié aux anciens coursiers de notre Dordogne et de sa périphérie, mais aussi à tous nos futurs champions.
(Blog de Bernard PECCABIN)
Venez découvrir en quelques clics l’actualité sportive de notre discipline et celui de ses valeurs au travers de son patrimoine.
Participez à la vie de ce blog en adressant photos et reportages à l'auteur. e-mail : bernard.peccabin@wanadoo.fr (Tél : 06 37 43 45 96)
"La Dordogne Cycliste" ? Vraiment un blog pas comme les autres, mais toujours au chevet de ceux qui ont fait à une certaine époque et jusqu’à aujourd’hui, l'actualité de notre discipline en Dordogne !
Blog jumelé avec http://velodordogne.canalblog.com/

Contacter l'auteur de ce blog

CATEGORIES
- RETRO EN PERIGORD
- MES PUBLICATIONS
- COURSES DISPARUES
- MES DOSSIERS
- PHOTOS et RESULTATS

5 DERNIERS ARTICLES
- EYMET, SON ANCIEN CANTON, SES COURSES CYCLISTES
- LE TOUR DE FRANCE EN DORDOGNE EN 2017
- ALAIN BUFFIERE : SA CARRIÈRE AMATEUR
- VERTEILLAC, SON ANCIEN CANTON, SES COURSES CYCLISTES
- CHAMPIONNATS D’AQUITAINE (palmarès)
Sommaire

10 DERNIERS ARTICLES COMMENTES
- NONTRON ET SON CYCLISME (1973-1980) 5° Publication
- COULOUNIEIX (course disparue puis reprise)
- TREMOLAT ET SA COURSE CYCLISTE DISPARUE
- EUGENE CHRISTOPHE : Une grande légende (2° partie)
- COURSES DE CLOCHER EN PERIGORD - (38° édition)
- COURS DE PILE (Course disparue)
- MARIUS DUTEIL - FIGURE DE LEGENDE DU CYCLISME PERIGOURDIN (4° partie)
- LE PIZOU (Prix des fêtes en août 1968)
- 9 Février 2010 - 9 Février 2015
- ÇA S’EST PASSÉ EN PERIGORD, IL Y A 50 ANS...semaine du 1 au 7 avril 1963

CALENDRIER
LunMarMerJeuVenSamDim
01020304
05060708091011
12131415161718
19202122232425
2627282930
<< Juin >>

BLOGS FAVORIS
Ajouter la-dordogne-cycliste à vos favoris
 LUCIEN DEVILLE, 25 ANS DEJA AUJOURD’HUI... Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 
Cliquer pour agrandirCliquer pour agrandir

- Notre photo avec Lucien Deville en compagnie de Francis Dubreuil

- Ci-dessus, tous les coureurs qui sont passés de près ou de loin sous la férule de Lucien Deville. En cliquant sur ce lien, vous retrouverez un reportage avec la photo de Claude Mousseau, le premier de ses coureurs préférés qui, comme lui, a porté le maillot de la Pédale Faidherbe.

27 juin 1986 - 27 juin 2011 : 25 ANS DEJÁ ! Souvenirs d’un dirigeant

- Aujourd’hui cela fait vingt-cinq ans que notre ami Lucien Deville nous quittait après une longue maladie. Tout le Périgord Vert a connu cet homme coiffé de sa casquette légendaire et rencontré en déplacement avec son vélomoteur. "Dordogne Cycliste" a voulu à l’occasion de ce triste anniversaire lui rendre un hommage, car il reste un personnage attachant et incontournable dans la Petite Reine qu’il aimait tant... Amis lecteurs souvenez-vous et pensez bien à lui, au travers de cet article qui résume une partie de sa vie bien remplie...

- Lucien Deville connu sous le surnom de "Lulu" tenait comme chacun sait son bar "Le Périgord Vert" à Nontron (NDLR : depuis 1957). Aimable, souriant, très actif, débordant même de vitalité, il a été un amoureux du sport, où pendant toute sa jeunesse, il se dévoue d’abord comme pratiquant et plus tard comme dirigeant.

- Né le 23 septembre 1915 à Saint-Hilaire les Places dans la Haute-Vienne, il a été une figure bien connu des milieux cyclistes régionaux. "Lulu" comme on l’appelle familièrement, a côtoyé du bien joli monde dans sa vie. Il y a 51 ans* exactement qu’il traîne sa "bosse" au cœur des compétitions cyclistes, presqu’un record !

F (*) Ce texte présenté par "Dordogne Cycliste" a été écrit sur un journal local en 1981. Pour information Lucien Deville est décédé le 27 juin 1986. Nous demandons au lecteur de tenir compte de ce décalage dans le temps, par rapport à l’actualité locale évoquée dans ce texte. En faits il aura œuvré durant 56 ans dans le sport.

- Lucien Deville a connu pratiquement tout sur les choses qui touchent à son sport favori. Le personnage est plutôt du genre bavard mais nous défions quiconque aime le vélo et le verbe, de ne pas tomber sous son charme, car Lucien Deville est capable de vous parler de la course qu’il a vécue il y a trente ans comme de celle qu’il a suivie le dimanche précédent.

- Le brave Lulu enjambe les époques à coups de formules parfois hasardeuses et souvent percutantes. Il saute de Jacques Vivier à Frédéric Brun sans vous laisser le temps de souffler parce qu’il a connu le cyclisme de haut en bas et qu’il a par conséquent son avis sur tout !

Sa carrière sportive

- Après sa carrière cycliste effectuée dans les années 30 à Mussidan (club Pédale Faidherbe Périgueux), il rejoint Nontron en 1934. Débute au CA Nontronnais en football. Occupe le poste de goal en équipe réserve. Il joue ensuite en équipe première puis devient arbitre officiel (le règlement le permettait à cette époque). En 1943 il signe à l’AS Nontron un nouveau club et termine en 1944 en qualité de joueur. Reçu comme arbitre officiel (foot) en 1939, il rentre ensuite à la FFC comme dirigeant puis commissaire au Vélo-Club Nontronnais. Arbitre officiel de la Ligue du Centre Ouest, il reçoit un "sifflet d’or" et la médaille d’argent de la jeunesse et des sports. De 1946 à 1957, dirigeant de cyclisme, il reçoit la médaille de bronze du Comité du Limousin. Pendant sa longue carrière de dirigeant, il a eu l’occasion de s’occuper activement des carrières des coureurs cyclistes : Claude Mousseau (3° au Championnat de France militaire sur piste à Cognac), Francis Dubreuil (253 victoires), premier de deux Tours du Limousin et deux fois Champion du Limousin. Et enfin de Frédéric Brun le nouveau professionnel de Nontron durant trois années. Aimant tous les sports il a pratiqué pendant quinze ans le judo à Nontron. Supporter infatigable du rugby, il ne rate aucun match à la télé. Fin pêcheur à la ligne, intarissable sur le sport, des souvenirs plein la tête, des photos sportives dans plein de tiroirs, des milliers de kilomètres sur sa mobylette, pour encourager la Petite Reine dans tout le Périgord Vert...

- En ce mois d’avril 1981 date de notre rencontre, il entame sa 52° saison de présence aux abords des lignes d’arrivée. Il a beau dire et beau faire, il ne peut pas se passer du vélo. Précisons que nous concevons mal nos épreuves sans la présence de Lucien Deville. Homme populaire et bavard, nous avons cru bon d’aller à sa rencontre d’autant qu’il a emmagasiné une grosse provision de souvenirs et qu’il ne dédaigne pas évoquer le passé et parler du présent : "J’ai tellement vu de choses dit-il, que parfois les faits et les dates se confondent un peu dans mon esprit, mais j’éprouve toujours le besoin de faire parler ma machine à remonter le temps... "

 

DISCUSSION A BATONS ROMPUS AVEC UN JOURNALISTE ET LUCIEN DEVILLE

AVEC SA MOBYLETTE

Parlez nous des premières courses que vous avez vécues ?

Lulu : Les coureurs étaient pratiquement toujours obligés d’aller courir en vélo ou en train pour se rendre au départ. Il fallait donc déjà beaucoup de courage ! Les engagements se faisaient sur place contrairement à aujourd’hui. Les prix et les primes étaient réglés à la remise des dossards en fin de course.

Quelle était l’ambiance qui régnait à cette époque et existait-il déjà des mafias ?

Lulu : Il y avait moins de public le long des routes, mais à mon avis l’ambiance était plus joyeuse que maintenant. La course au village était une véritable fête que toute une population attendait impatiemment. Aujourd’hui certaines personnes et même les commerçants se demandent ce qui se passe devant leur porte... Il n’y avait pratiquement pas de mafias. Disons que deux ou trois coureurs s’entendaient pour s’aider à gagner. Par contre, il y avait souvent des bagarres entre les coureurs aux arrivées car les sanctions n’existaient pas. Maintenant on n’en voit pratiquement plus !

Avez-vous appartenu à un club ?

Lulu : Ah oui ! J’avais même couru pendant quatre ans lorsque j’habitais Mussidan. J’étais licencié à la Pédale Faidherbe de Périgueux. J’ai du gagner une quinzaine de courses dont le 1° Pas Dunlop départemental en1931. Ensuite je suis venu ouvrir mon bar à Nontron où j’ai signé une licence de dirigeant au Vélo-Club Nontronnais. Désormais j’occupe toujours cette fonction, mais à l’UC Nontron, le premier club de Frédéric Bun (NDLR : Brun était à cette époque le coureur d’avenir de Nontron).

A propos, c’est vous qui allez driver Frédéric Brun derrière votre mobylette avant qu’il passe professionnel ?

Lulu : C’est vrai et je continue toujours à le faire pédaler. Il y a 15 jours je l’ai amené faire cent bornes, puis il est reparti tout seul en faire autant.

VIVIER ETAIT LE NUMERO UN

Que pensez-vous de Brun ?

Lulu : C’est un excellent coureur, il a beaucoup de classe. En toute logique, c’est maintenant qu’il devrait obtenir de bons résultats, car il arrive à maturité. Lorsqu’il a franchi le Rubicon, tout le monde prétendait qu’il avait commis une grosse erreur en signant chez Peugeot. Moi je n’ai jamais été inquiet à ce sujet. C’est une équipe solide dans laquelle il donne confiance et satisfaction à Maurice de Muer. C’est bon signe.

On peut donc dire que vous avez formé Frédéric Brun mais il n’y a pas que lui ?

Lulu : Non, je me suis occupé de Claude Mousseau qui a épinglé 100 victoires à son palmarès dont le Grand Prix de la Libération à Périgueux. Il y a eu aussi Francis Dubreuil le coureur aux 250 victoires qui est devenu représentant de commerce. Maintenant je m’occupe principalement de Michel Besse et de quelques juniors (NDLR : En 1981, Michel Besse qui a débuté en 1972 dans le cyclisme était en 1° catégorie).

Question banale, mais obligatoire : quel est votre classement entre tous les champions de votre région ?

Lulu : En tête, je mettrai bien entendu Jacques Vivier puis Francis Duteil, Christian Bordier et Francis Dubreuil. Quant à Frédéric Brun et Michel Besse, on ne peut pas encore les juger puisqu’ils n’ont pas terminé leur carrière. (Ndlr : on était en 1981)

LES DEUX FRANCIS EN PENSION

Vous connaissez bien la famille Duteil ?

Lulu : Ce sont tous de grands sportifs, même Madame Duteil la mère de Francis qui adore le vélo. Son père Marius a un an de moins que moi et c’est presque mon meilleur ami. Il m’a mis Francis pendant deux ans en pension chez moi lorsqu’il était au collège à Nontron. C’est ici qu’il a fait connaissance d’un autre de mes jeunes pensionnaires qui était aussi un Francis.

Beaucoup disent de Francis Duteil qu’il aurait fait un bon professionnel. Est-ce votre avis ?

Lulu : Bien entendu, je dirais même qu’il aurait fait un grand professionnel, du genre Duclos-Lassalle. C’est sa chute ici à Nontron qui aura tout brisé. Quel dommage ! Ah, je m’en souviens comme si c’était d’hier. Je le suivais avec mon vélomoteur au moment où s’est passé le drame. La voiture sortait de la scierie en bas de la ville. Francis était tout seul en tête, il restait deux ou trois tours, malheureusement il avait prix le côté gauche de la route sans penser qu’une voiture pourrait surgir.

Parlez nous de Francis Dubreuil.

Lulu : Ah ! C’était un bon celui-là aussi. Dommage qu’il ait arrêté de bonne heure sa carrière mais il était fatigué en douze ans d’activité. Et puis il était marié, sa situation ne lui permettait pas de pratiquer le vélo dans de bonnes conditions.

Chez vous à Nontron, il y a eu d’autres qui se sont trouvés dans le même cas et ils ont signé à la FSGT. Qu’en pensez-vous ?

Lulu : Oui je vois de qui vous voulez parler. Des garçons qui ont voulu gagner des courses en cherchant la facilité. Ce n’est pas très sportif et beaucoup n’ont pas apprécié leur manière d’agir.

Revenons à votre grande spécialité : l’entraînement derrière vélomoteur. Avez-vous un secret dans ce domaine ?

Lulu : Absolument pas ! Disons qu’il faut avoir une certaine expérience de la chose afin de ne pas trop fatiguer votre sujet. Il faut être régulier et surtout pas trop brutal et ne pas trop en faire en début de saison. Ce n’est qu’à partir des beaux jours que l’on doit prendre ce mode de préparation vraiment au sérieux. Il faut faire deux sorties par semaine, pas plus ! A savoir, 60 kms le mardi par exemple et 100 kms le jeudi. Mais tout cela dépend des coureurs. Il faut surtout tenir compte de sa catégorie et de sa condition physique.

Aimerez-vous que d’autres dirigeants suivent votre exemple ?

Lulu : Bien entendu, mais la plupart ne veulent pas s’en donner la peine. Ces gens là sont des naïfs, ils se montrent beaucoup et ne connaissent rien au vélo. Dans un sens il est préférable qu’ils ne s’intéressent pas aux jeunes.

LA DORDOGNE AVEC LE LIMOUSIN

Comment voyez-vous l’avenir du cyclisme régional ?

Lulu : Nous aimerions ici en Dordogne être de nouveau rattachés au Comité du Limousin. Je sais que le Président Perrier et ses dirigeants le souhaiteraient eux aussi. J’ai lu l’autre jour ce qu’il vous a déclaré à ce sujet. Je crois qu’il a raison lorsqu’il dit qu’il manque de licenciés à son comité. Oui, vraiment il lui faudrait la Dordogne et en tous cas pour nous cela serait avantageux, car lorsque nous devons parcourir plus de 600 kms aller et retour pour assister à une réunion du Comité d’Aquitaine, ce n’est pas très agréable. Bref !

Sans vouloir vous faire passer pour un ancêtre, vous devez vous ennuyer pas mal aujourd’hui dans certaines courses par rapport à celles d’il y a vingt ans ?

Lulu : C’est vrai, il y a des épreuves assez tristes à suivre mais je trouve qu’il y en a d’autres beaucoup plus vivantes que par le passé. Vous savez, il y a 20 ou 25 ans, il était rare de voir au départ plus de vingt coureurs au départ d’une course (NDLR : entre 1955/1959)

Comment expliquez-vous que dans le Nontronnais le cyclisme ait pris un essor aussi considérable ?

Lulu : C’est une ville très sportive et chez nous le cyclisme plaît beaucoup au même titre que le football. Et puis nous avons eu toujours des gars qui ont bien marché, alors les gens se sont sentis très sensibilisés. Ici Fred Brun est une véritable vedette, tout le monde lui demande de ses nouvelles. Il n’y a pas une journée qui passe sans que l’on parle de cyclisme. Les Nontronnais se déplacent aussi énormément dès qu’il y a une belle épreuve en Dordogne, Charente ou Haute-Vienne.

Quelle est la course qui vous a le plus marquée ?

Lulu : Il y en a eu beaucoup mais celle qui m’aura laissé le plus d’amertume, c’est le Championnat de France des amateurs en 1972 à Vitteaux en Côte d’Or. J’avais effectué le déplacement avec le père de Francis Dubreuil. Nous étions partis d’ici à deux heures du matin. Francis était dans la bonne échappée avec Régis Ovion, Raymond Martin et Jean-Pierre Danguillaume. Malheureusement, en passant trop près d’un trottoir, Francis brisa sa pédale et dû abandonner. Je suis certain qu’il aurait fait deuxième car il n’aurait pas pu battre Raymond Martin tellement il marchait fort. Nous sommes rentrés à Nontron, les larmes aux yeux ...

Y a t-il autre chose qui vous a particulièrement déçu durant ce demi-siècle de cyclisme ?

Lulu : J’ai toujours vu des mafias dans presque toutes les courses que je suis allé voir. Je pensais à un moment donné qu’elles allaient disparaître complètement. Aujourd’hui je sais qu’il y en aura toujours, c’est vraiment regrettable. Enfin !!!

LA DORDOGNE CYCLISTE - SOUVENIR LUCIEN DEVILLE - 27/06/2011 © BERNARD PECCABIN

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 27-06-2011 à 10h34

 « Article précédant Retour à l'accueil du blog Article suivant »

 Articles dans la même catégorie
- EYMET, SON ANCIEN CANTON, SES COURSES CYCLISTES

- LE TOUR DE FRANCE EN DORDOGNE EN 2017

- ALAIN BUFFIERE : SA CARRIÈRE AMATEUR

- VERTEILLAC, SON ANCIEN CANTON, SES COURSES CYCLISTES

- CHAMPIONNATS D’AQUITAINE (palmarès)

- LE CYCLISME A NONTRON ET EN PERIGORD VERT

- TOUR DU PERIGORD

- COURSES D’ANTAN - SAISON 2000 EN DORDOGNE




SYNDICATION
 
Fil RSS 2.0
Ajouter à NetVibes
Ajouter à Google
Ajouter à Yahoo
Ajouter à Bloglines
Ajouter à Technorati
http://www.wikio.fr
 

Allzic en direct

Liens Commerciaux
L'information à Lyon
Retrouvez toute l'actu lyonnaise 24/24h 7/7j !


L'information à Annecy
Retrouvez toute l'actu d'Annecy 24/24h 7/7j !


L'information à Grenoble
Retrouvez toute l'actu de Grenoble 24/24h 7/7j !


Application Restaurant
Restaurateurs, demandez un devis pour votre application iPhone


Fete des Lumières
Fête des lumières : vente de luminaires, lampes, ampoules, etc.

Votre publicité ici ?
  Blog créé le 09-02-2010 à 14h30 | Mis à jour le 13-06-2017 à 15h59 | Note : 8.93/10