Logo Allmyblog
Logo Allmyblog
Lien de l'article    

LA-DORDOGNE-CYCLISTE
la-dordogne-cycliste

Pêle-mêle, vous trouverez sur ce blog destiné aux compétiteurs cyclistes et à leurs dirigeants, une compilation de faits, de résultats, de photos, d’histoires, de publications, sans aucune chronologie de dates. Vous pouvez ainsi surfer d’une année à d’autres, de sorte que toutes les générations de lecteurs y trouvent leur compte.
Un blog dédié aux anciens coursiers de notre Dordogne et de sa périphérie, mais aussi à tous nos futurs champions.
(Blog de Bernard PECCABIN)
Venez découvrir en quelques clics l’actualité sportive de notre discipline et celui de ses valeurs au travers de son patrimoine.
Participez à la vie de ce blog en adressant photos et reportages à l'auteur. e-mail : bernard.peccabin@wanadoo.fr (Tél : 06 37 43 45 96)
"La Dordogne Cycliste" ? Vraiment un blog pas comme les autres, mais toujours au chevet de ceux qui ont fait à une certaine époque et jusqu’à aujourd’hui, l'actualité de notre discipline en Dordogne !
Blog jumelé avec http://velodordogne.canalblog.com/

Contacter l'auteur de ce blog

CATEGORIES
- RETRO EN PERIGORD
- MES PUBLICATIONS
- COURSES DISPARUES
- MES DOSSIERS
- PHOTOS et RESULTATS

5 DERNIERS ARTICLES
- LANOUAILLE, SON ANCIEN CANTON, SES COURSES CYCLISTES
- STÉPHANE REIMHERR : 28 SAISONS SUR LES ROUTES
- JUMILHAC, SON ANCIEN CANTON, SES COURSES CYCLISTES
- THIVIERS, SON ANCIEN CANTON, SES COURSES CYCLISTES
- LALINDE, SON ANCIEN CANTON, SES COURSES CYCLISTES
Sommaire

10 DERNIERS ARTICLES COMMENTES
- ALAIN FOSSARD : UN COUREUR ATHYPIQUE RÉVELÉ PAR DES PROBLEMES DE SANTE
- LACAUJAMET SAINT-ESTEPHE (Courses disparues)
- VALENTIN HUOT, COUREUR MYTHIQUE DU PERIGORD (3° partie)
- PEZULS (26 juillet 1992)
- CHAMPAGNAC DE BELAIR - RETRO PHOTO/VELO PERIGORD - 14 MAI 1995
- BIENVENUE SUR CE BLOG
- LA DOUZE (course disparue)
- SAINTE ORSE ET SA COURSE CYCLISTE DISPARUE
- MUSSIDAN : HISTOIRE DE SON CYCLISME (20° partie) 1974
- TREMOLAT ET SA COURSE CYCLISTE DISPARUE

CALENDRIER
LunMarMerJeuVenSamDim
0102
03040506070809
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31
<< Décembre >>

BLOGS FAVORIS
Ajouter la-dordogne-cycliste à vos favoris
 SPECIAL TOUR DORDOGNE 2003 (4° étape) Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 
Cliquer pour agrandirCliquer pour agrandirCliquer pour agrandir

- Reimherr premier Périgourdin en jaune.

- Ci-dessus le protocole de l'étape

Ici lien du Tour Dordogne 2003 (3° étape)

Samedi 5 juillet (4° étape Groléjac-Pomport 155 kms)

- Groléjac à l'orée du Périgord noir et du Quercy reçoit le Tour. On se souvient de cette commune qui aux temps jadis organisait fin octobre son prix cycliste, sous le contrôle du Cyclo-Club Sarladais du défunt président Lucien Leduc. Toute une époque qui défile dans nos esprits et qui nous rappelle une période où la discipline se portait bien parce qu'elle vivait avec aisance, le vélo restant encore le  moyen de locomotion pas encore écrasé par l'automobile. Groléjac-Pomport c'est une étape inédite, avec ses panoramas de la vallée de la Dordogne, ses bastides (Monpazier, Beaumont, Issigeac) et enfin le retour aux vignobles, avec Pomport comme terme de l'étape. Parlons-en de Pomport où en 1977, Jean-Marie Defix et son Cyclo-Club Bergeracois organisaient les championnats de France route des amateurs. Patrick Friou du Royan Océan Club remportait le maillot tricolore, Geneviève Gambillon celui des dames. Aujourd'hui Pomport renoue avec le cyclisme et accueillera cette étape de la 17° édition du Tour de la Dordogne.

REIMHERR MAILLOT JAUNE

- Vrai qu'il y avait foule le long du plan d'eau de Groléjac où le soleil de l'après-midi commençait à faire fondre ce goudron dont l'odeur remontait et incommodait à force les 105 coureurs qui restaient en lice. Dès le drapeau baissé, quelques escarmouches se forment mais à la périphérie de Domme, le regroupement général se fait avec un peloton qui progresse en souffrances et en silence sous l'implacable chaleur. Le rythme reste très soutenu ce qui ne facilite pas le retour de Jérôme Paul victime d'une crevaison à Nabirat. C'est si facile de l'écrire, mais pour parvenir à refaire son retard, il faut en avoir sous la savate, ce qui fut le cas pour Jérôme au terme d'une course poursuite intense. Pendant ce temps, le local Jean-Luc Delpech obtient un bon de sortie, histoire de saluer son entreprise et les salariés des établissements Besse, où il travaille dans la banlieue de Castelnaud. Au bas de Belvès, six coureurs secouent le joug, mais la puissance de Labbe ne permet pas de laisser mijoter cette échappée très vite reprise par un peloton tout de même décidé à donner la réplique aux aventuriers du jour. Monpazier offrira un temps la bonne échappée avec le Normand Bréard et Locatelli de l'équipe de France de la police. Ces deux hommes laissent revenir sur eux un renfort appréciable près de Beaumont, avec neuf coureurs dans un premier temps puis un groupe de treize autres dans un deuxième temps. A Naugeac sur une accélération du belge Goussens, ils ne sont plus que douze, obligés à se violenter pour conserver les roues et leur petite avance. A Sigoulès, soit à 20 kms de l'arrivée, Simon (La Trinitaine) se porte à l'avant, laissant à Ravaleu (Loudun) et à Bouchet (Bressuire) le soin de le rejoindre. Derrière le peloton croque tout le monde lors de l'ascension de la côte de Pomport où on reconnaît Christophe Napias un temps maître sur ses terres. Ici le public s'enthousiasme, la bataille fait rage, l'arrivée approche et notre kiki se montre à son avantage. C'est alors qu'un groupe de dix coureurs fait péter le peloton. Il y a là Draux (RC Pesant Belgique), Mespoulède (Marmande), Staelen (Châteauroux), notre Stéphane Reimherr, Delalande, Oger et Sartis (tous deux France Police), Hue (Mantes), Vigouroux et Vilchez (La Trinitaine). On pense alors que les carottes sont cuites. Stéphane Reimherr qui court avec la tête et les jambes se démène, car lui a compris qu'il est à ce moment là virtuel maillot jaune du Tour en observant les visages qui composent ce groupe de tête. Son seul rival c'est Sartis qu'il devance au général de trois petites secondes. A lui d'essayer d'apprivoiser ses secondes avec la distance qu'il reste à parcourir, à lui de les rendre dociles et obéissantes pour revêtir l'habit de lumière qui s'ouvre désormais à lui. La tension monte au fur et à mesure que le groupe amené par Reimherr croque le bitume et se rapproche de Pomport. Mais à 1,5 kms de la banderole, voilà que David Simon se met à allumer tout le monde. Seuls dans sa roue Frédéric Delalande, Marc Staele, Salua Vilchez et Yann Sartis s'accrochent comme des sangsues. La cassure est faîte immédiatement et le bougre de Sartis qui veut lui aussi goûter aux plaisirs de la consécration se démène comme il se doit car lui aussi comprend ce qui se dessine. Derrière Reimherr pige aussi vite, car cette cassure il doit la combler coûte que coûte et ce travail c'est à lui de le faire s'il veut gagner le paletot. Trois secondes c'est si peu, mais ça devient monumental quand la ligne approche, quand on a parcouru plus de 150 pitons sous la fournaise, quand son coup de pédale devient difficile, quand on est seul à assumer. Il ne lui reste plus que la volonté, cette volonté farouche de s'accrocher désespérément aux cuissards des coureurs qui le précèdent, qu'il voit, mais qu'il ne peut rejoindre. Devant déjà le sprint est lancé et Simon décidément dans un grand jour précède ses trois rivaux de deux secondes, alors que Ravaleu, Draux et Reimherr passent à cinq secondes. Stupeur du côté des officiels. On visionne, on déroule, on enroule, on vérifie, on revérifie, le temps d'attente paraît ne pas en finir. Oui l'écart entre Sartis et Reimherr est bien de trois secondes, c'est à dire l'avance qu'il avait au départ de Groléjac et qu'il vient de perdre ici à Pomport. Nous sommes donc face à un cas d'égalité et dans ces conditions, ce sont les centièmes de secondes du contre la montre de Mensignac qui départagera les deux protagonistes. De ce fait Reimherr revêt l'habit de lumière. La joie monte d'un cran. Sur les ondes de radio France Périgord, Xavier Dalmon exulte : pour la première fois dit-il, un périgourdin est en jaune, c'est du délire. Dans le camp périgourdin c'est l'euphorie, car avec Reimherr on venait de se trouver un nouveau chevalier de l'impossible. Sur le podium, il pouvait partager et vivre son bonheur, avec cette poussée d'adrénaline qui vous envahit, ce grand frisson de victoire, chez lui, face à son public avec en arrière pensée un clin d'œil complice pour sa petite Magalie devenue son épouse sans oublier ces petites routes du Périgord, sillon magique de ses succès et d'un grand moment de sa vie cycliste. Son patron et son entraîneur sont plus émus et plus excités que lui. Tout là haut, sur son podium, à l'air libre, encadré par ses miss, puis par ses dauphins et victimes à la fois, Reimherr jubile. Le Cyclo a déjà mangé dans ce Tour trois parts de gâteau : le maillot blanc, la victoire d'étape et le maillot jaune. On se souviendra de ce 5 juillet, de cette journée qui vous met la tête et le cœur à l'envers, qui vous fait des jambes en coton et vous force à vous demander si vous n'avez pas tout bêtement rêvé.

Les périgourdins dans l'étape : Reimherr (8°), Napias (20°), Paul (22°), Roy (45°), Peyencet (63°), Ceyssat (81°). Une journée mémorable, un Napias retrouvé, un maillot jaune, on commence à rêver …

Nos places au général : Reimherr (1°), Paul et Roy (21°) à 1'37", Napias (38°) à 4'17", Peyencet (44°) à 7'47", Ceyssat (96°) à 35'39". Le club occupe la 3° place du classement par équipes derrière l'UC. Châteauroux et France Police.

LA DORDOGNE CYCLISTE - 17° TOUR DE DORDOGNE - 3 au 6 juillet 2003 © BERNARD PECCABIN -

(à suivre)

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 05-07-2011 à 09h18

 « Article précédant Retour à l'accueil du blog Article suivant »

 Articles dans la même catégorie
- LANOUAILLE, SON ANCIEN CANTON, SES COURSES CYCLISTES

- STÉPHANE REIMHERR : 28 SAISONS SUR LES ROUTES

- JUMILHAC, SON ANCIEN CANTON, SES COURSES CYCLISTES

- THIVIERS, SON ANCIEN CANTON, SES COURSES CYCLISTES

- LALINDE, SON ANCIEN CANTON, SES COURSES CYCLISTES

- NORBERT BOUGON EST MORT : IL AVAIT 97 ANS

- CLASSEMENT FFC COUREURS AMATEURS - 1970-1995

- SAINT-AULAYE, SON ANCIEN CANTON, SES COURSES CYCLISTES




SYNDICATION
 
Fil RSS 2.0
Ajouter à NetVibes
Ajouter à Google
Ajouter à Yahoo
Ajouter à Bloglines
Ajouter à Technorati
http://www.wikio.fr
 

Allzic en direct

Liens Commerciaux
L'information à Lyon
Retrouvez toute l'actu lyonnaise 24/24h 7/7j !


L'information à Annecy
Retrouvez toute l'actu d'Annecy 24/24h 7/7j !


L'information à Grenoble
Retrouvez toute l'actu de Grenoble 24/24h 7/7j !


Application Restaurant
Restaurateurs, demandez un devis pour votre application iPhone


Fete des Lumières
Fête des lumières : vente de luminaires, lampes, ampoules, etc.


Diffuseur
Acheter un diffuseur d'huiles essentielles

Votre publicité ici ?
  Blog créé le 09-02-2010 à 14h30 | Mis à jour le 08-12-2018 à 22h15 | Note : 8.93/10