Logo Allmyblog
Logo Allmyblog
Lien de l'article    

LA-DORDOGNE-CYCLISTE
la-dordogne-cycliste

Pêle-mêle, vous trouverez sur ce blog destiné aux compétiteurs cyclistes et à leurs dirigeants, une compilation de faits, de résultats, de photos, d’histoires, de publications, sans aucune chronologie de dates. Vous pouvez ainsi surfer d’une année à d’autres, de sorte que toutes les générations de lecteurs y trouvent leur compte.
Un blog dédié aux anciens coursiers de notre Dordogne et de sa périphérie, mais aussi à tous nos futurs champions.
(Blog de Bernard PECCABIN)
Venez découvrir en quelques clics l’actualité sportive de notre discipline et celui de ses valeurs au travers de son patrimoine.
Participez à la vie de ce blog en adressant photos et reportages à l'auteur. e-mail : bernard.peccabin@wanadoo.fr (Tél : 06 37 43 45 96)
"La Dordogne Cycliste" ? Vraiment un blog pas comme les autres, mais toujours au chevet de ceux qui ont fait à une certaine époque et jusqu’à aujourd’hui, l'actualité de notre discipline en Dordogne !
Blog jumelé avec http://velodordogne.canalblog.com/

Contacter l'auteur de ce blog

CATEGORIES
- RETRO EN PERIGORD
- MES PUBLICATIONS
- COURSES DISPARUES
- MES DOSSIERS
- PHOTOS et RESULTATS

5 DERNIERS ARTICLES
- EYMET, SON ANCIEN CANTON, SES COURSES CYCLISTES
- LE TOUR DE FRANCE EN DORDOGNE EN 2017
- ALAIN BUFFIERE : SA CARRIÈRE AMATEUR
- VERTEILLAC, SON ANCIEN CANTON, SES COURSES CYCLISTES
- CHAMPIONNATS D’AQUITAINE (palmarès)
Sommaire

10 DERNIERS ARTICLES COMMENTES
- NONTRON ET SON CYCLISME (1973-1980) 5° Publication
- COULOUNIEIX (course disparue puis reprise)
- TREMOLAT ET SA COURSE CYCLISTE DISPARUE
- EUGENE CHRISTOPHE : Une grande légende (2° partie)
- COURSES DE CLOCHER EN PERIGORD - (38° édition)
- COURS DE PILE (Course disparue)
- MARIUS DUTEIL - FIGURE DE LEGENDE DU CYCLISME PERIGOURDIN (4° partie)
- LE PIZOU (Prix des fêtes en août 1968)
- 9 Février 2010 - 9 Février 2015
- ÇA S’EST PASSÉ EN PERIGORD, IL Y A 50 ANS...semaine du 1 au 7 avril 1963

CALENDRIER
LunMarMerJeuVenSamDim
0102
03040506070809
10111213141516
17181920212223
24252627282930
<< Avril >>

BLOGS FAVORIS
Ajouter la-dordogne-cycliste à vos favoris
 TOUR DE FRANCE : 14 JUILLET 1961, PERIGUEUX VILLE ETAPE DU TOUR Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 
Cliquer pour agrandirCliquer pour agrandirCliquer pour agrandir

- Le monde est retenu par un cordon de policiers face aux allées Tourny.

- Anquetil aperçoit Gaul en ligne de mire juste avant la banderole aux allées Tourny.

- Seul Jean Gainche nouveau maillot vert a eu la politesse de faire un tour d'honneur.

14 JUILLET 1961 - 14 JUILLET 2011 : 50 ANS DÉJA

- Voilà un anniversaire qui mérite ce petit détour. Celui du 14 juillet 1961, date à laquelle la ville recevait pour la première fois de son histoire le Tour de France avec arrivée puis départ le lendemain sur Tours. Les coureurs étaient arrivés le 13 juillet à Bordeaux. Ils avaient rejoint en voiture Bergerac, d'où était donné le départ du contre la montre. Un contre la montre qui passait par le chemin des écoliers (lire l'itinéraire ci-dessous). La pluie était tombée toute la journée, mais il y avait foule le long du parcours tout comme aux allées Tourny, où chacun espérait voir un beau protocole. Hélas, le public fut frustré, car Jacques Anquetil fut happé par Marcel Bidot qui le conduisit vite à son hôtel. Retour de cette journée avec quelques articles relevés sur la presse d'antan, et évidemment des noms de coureurs qui raisonnent dans nos esprits de gamins... En cette année 1961, le Tour faisait étape pour la première fois à Antibes, à Superbagnères et à... Périgueux !

ITINERAIRE DU CONTRE LA MONTRE

- Bergerac-Périgueux (74,5 kms contre la montre). Le départ de ce chrono se situe place Gambetta à Bergerac, pour passer ensuite par Creysse, Mouleydier, Saint-Sauveur, Liorac, Saint-Félix de Villadeix, Sainte-Foy de Longas, Sainte-Alvère, Vergt, Eglise Neuve, Atur et Périgueux (allées Tourny). Sous une pluie battante, Jacques Anquetil peut poursuivre son périple sur Paris en l'emportant devant Charly Gaul à Périgueux.

 

DE PERIGUEUX A BERGERAC LA PLUIE MOUILLA LE BOUQUET DU 14 JUILLET

LE PUBLIC PERIGOURDIN FUSTIGE ANQUETIL

- Pour une étape mouillée, ce fut une étape mouillée. Et juste le jour du 14 juillet où l'on a coutume d'allumer les pétards, de tirer les bouquets dans les villes et villages de notre Périgord, qui recevait pour la première fois de son histoire une étape du Tour de France.

- Des bouquets, il y en eut bien à l'arrivée : un pour Anquetil, un pour Gainche, l'homme du jour, un pour Dotto, le premier régional, et que sais-je encore...

- Seulement, des hommes faisant le tour d'honneur selon la coutume avec le bouquet, le public massé tout autour des allées Tourny bien mouillées, n'en vit pas beaucoup... Seul Jean Gainche se montra un peu sous son nouveau maillot vert qu'il venait de prendre à Darrigade. Quant à Maître Jacques, leader du Tour et de surplus vainqueur de cette étape, lui qui aurait dû se promener avec deux bouquets, il n'en voulut aucun ! Notre maillot jaune enfila prestement sa veste de survêtement de sa marque et grimpa de suite dans la voiture de Marcel Bidot qui l'emmena loin de la foule, loin du bruit, à l'abri de la pluie que n'arrêtait pas de tomber.

- Le brave public de Périgueux et des environs ne comprit pas bien que Jacques le Normand n'ait pas daigné lui présenter son bouquet, même mouillé, un jour de 14 juillet. Bobet et Coppi eux au moins ne se faisaient pas prier pour le faire ce Tour d'honneur...

- Il est vrai que le Normand avait donné à ce brave public, stoïque sous la pluie, un fameux spectacle quelques instants avant. Il s'était en effet battu avec Gaul dans la montée qui précède Tourny, comme jamais peut-être il ne l'avait fait au cours de ce Tour. Mais que voulez-vous, le public, il voulait voir Jacques leur champion en jaune avec le bouquet sur le bras et ils ne virent rien...

- Eton le comprend ce brave public, il avait payé lui, pour voir un spectacle du début jusqu'à son terme protocolaire...

Histoire d'un dernier pétard allumé par Jacques Anquetil entre Bergerac et Périgueux.

- Au terme de cette ultime épreuve de vérité, Jacques Anquetil savait que plus rien, sauf un accident, ne pourrait le priver d'un maillot jaune dont il s'empara dès le premier soir de course.

- Pour autant, comme de nombreux autres coureurs, le Normand devait être victime d'un incident mécanique au soixantième kilomètre de course, alors que Charly Gaul, parti trois minutes devant lui, n'avait plus que quelques encablures d'avance. Crevaison, Bris d'une dent de roue libre et changement de monture permettaient au Luxembourgeois de reprendre le large pour éviter la déconvenue d'être dépassé même si, la dernière difficulté du parcours, qui précédait l'allée Tourny où était jugée l'arrivée, fut longue pour... le grimpeur.

- Si le leader pointa en tête à tous les temps intermédiaires, quelques prétendants se brulèrent les ailes en partant trop vite. Ce fut le cas du régional de l'étape, Valentin Huot, mais aussi du Suisse Rolf Graf qui, à la mi-course se voyait créditer du deuxième temps, à 1'08s de Maître Jacques. Il faut dire qu'il n'eut pas de chance puisque, victime d'un dérapage à 12 kilomètres de la ligne, il entra dans le public. Cet accident fut en partie responsable du retard de 6 minutes qu'il accusait à l'arrivée.

- Autre malchanceux, l'Italien Guido Carlési qui, par la faute de trois crevaisons d'étape, voyait Charly Gaul lui prendre la 2° place et de l'étape et du général.

- Par contre, Jean Gainche (Ouest Sud-Ouest) fit une superbe étape pour prendre la 5° place à moins d'une minute de Charly Gaul. Cette performance lui permettait de revêtir le maillot vert du classement par points, jusque là apanage d'un André Darrigade qui ne termina qu'à la 31° place.

- Restait maintenant, pour un Anquetil nanti de plus de dix minutes d'avance sur son dauphin, à entamer sa remontée triomphale vers la capitale.

LES ENSEIGNEMENTS DE CE CHRONO

- La dernière page du Tour 1961 est tournée. L'étape contre la montre entre Bergerac et Périgueux courue l'avant-veille de l'arrivée à Paris a en gros confirmé la valeur et les défauts des concurrents restant en présence.

- Le classement général a toutefois subi de légères modifications, Anquetil qui a évidemment gagné l'étape à 43,595 km/h de moyenne a consolidé sa position de leader, mais Carlési, deuxième, passe troisième, au bénéfice de Charly Gaul. Manzanèque 3° descend à la 5° place, ainsi que Dotto passé par l'Espagnol Pérez-Francès, Jean Adrienssens reprend la tête du classement des coureurs belges. Ce sont quelques chassés-croisés qui étaient généralement prévus...

- Si l'on peut parler de victimes, ce sont Manzanèque et Dotto. La contre performance de l'Espagnol n'en est finalement pas une. Depuis quelques jours, il bénéficiait de la complaisance générale. Seul contre temps, Manzanèque s'est retrouvé à sa véritable place. Jean Dotto craignait cette épreuve. Il a fait l'impossible pour limiter les dégâts, mais jamais il ne put atteindre le niveau supérieur imposé par la lutte Carlési-Junkermann.

- C'est d'ailleurs un trait essentiel de l'étape. Pour la première fois depuis Grenoble, les premiers du classement général se sont battus. Laissons Jacques Anquetil, lui il planait au dessus du lot...

- Doublé ou pas, Charly aurait tout de même réalisé une très bonne performance, car si Anquetil derrière le dos de Charly servait de stimulant, devant il aurait fait un lièvre de premier ordre.

- La deuxième place de Gaul ne souffre donc d'aucune contestation. Le plus valeureux, mais aussi le plus malheureux, fut sans doute Junkermann. A mi-parcours, l'Allemand était dans le même temps que Gaul... Hélas pour Hans, la police était contre lui. Mal dirigé tout près de l'arrivée, Junkerman se retrouva sur le parking des voitures suiveuses. Or quatre secondes seulement le séparaient de Carlési quand il franchit enfin la ligne blanche. Rien dans le règlement ne prévoyant de recours contre ce genre d'erreur du service d'ordre, Junkermann n'eut que les yeux pour pleurer la quatrième place.

- Mais il est certain que le plus grand bénéficiaire de cette journée est Jean Gainche. Le sprinter breton s'était déjà signalé à l'attention générale en se montrant dans les cols, hier, il étala ses qualités de rouleur que l'on ne soupçonnait pas...

L'HOMME DU JOUR : JACQUES ANQUETIL

- A 300 mètres de la banderole deux hommes se trouvaient (notre photo) à dix mètres l'un de l'autre, Charly Gaul et Jacques Anquetil. Dans un dernier effort, le Luxembourgeois passa le premier la banderole mais il était bel et bien battu. Anquetil avait pris trois minutes en 74 kms, à son adversaire direct.

- Pouvait-il le rejoindre ? C'était possible si à dix kilomètres de l'arrivée, le maillot jaune n'avait pas cassé sa roue libre en même temps qu'il crevait. Le temps de changer de vélo et Gaul avait agrandi l'espace qui les séparait.

Très entouré, après sa victoire attendue, Jacques Anquetil déclara : "A dix kilomètres de l'arrivée, je vis pointer devant moi le maillot d Gaul. A ce moment là, je compris que la partie était gagnée. "

- Anquetil vainqueur de l'étape et leader du Tour, Gaul deuxième c'est la logique même. Le maillot jaune fut aussitôt pris en charge par Marcel Bidot qui, l'arrachant aux journalistes et aux reporters, le hissa dans la voiture de l'équipe de France et l'emmena à son hôtel.

HUOT L'ENFANT DU PAYS EST PARTI TROP VITE

- Un admirateur enthousiaste de Valentin Huot se précipita sur le champion, canette de bière et casse croûte en mains. Etonné de se les voir refuser, il déclara pour ne pas perdre contenance : "Tu es frais comme une rose... " Huot en eut le souffle coupé pour le deuxième fois... Les 74 kilomètres ne furent pas une partie de plaisir pour lui. "Mon grand tort c'est d'être parti trop vite, une première défaillance m'obligea à changer de braquet à Vergt. A Eglise Neuve, deuxième coup de barre. " Huot n'en termina pas moins 32° en 1h53'01".

LE CLASSEMENT DE L'ETAPE BERGERAC-PERIGUEUX CONTRE LA MONTRE

1. Jacques Anquetil (France) 1h42'32", 2. Charly Gaul (Luxembourg) 1h45'31", 3. Guido Carlési (Italie) 1h46'09", 4. Hans Junkermann (Allemagne) 1h46'13", 5. Jean Gainche (Ouest Sud Ouest) 1h46'19", 6. Raymond Mastrotto (France) 1h47'10", 7. José Pérez-Francès (Espagne) 1h47'51", 8. Gérard Thiélin (Centre-Midi) 1h47'57", 9. Rolf Graf (Suisse-Lux) 1h48'26", 10. Joseph Plankaert (Belgique) 1h48'31", 11. Imério Massignan (Italie) 1h48'41", 12. Guy Ignolin (Ouest Sud-Ouest) 1h49'09", 13. Franz Aerenhouts (Belgique) 1h49'16", 14. Louis Rostollan (France) 1h49'22", 15. Jan Adriaenssens (Belgique) 1h49'44", 16. Fernando Manzanèque (Espagne) 1h50'02", 17. Joseph Wasko (Paris Nord-Est) 1h50'02", 18. Jean Dotto (Centre Midi) 1h50'23", 19. Freddy Ruegg (Suisse-Lux) 1h50'46", 20. Eddy Pauwels (Belgique) 1h50'47", 21. Jean Milési (Centre Midi) 1h50'51", 22. Jos Hoevenaers (Belgique) 1h51'01", 23. Mario Minièri (Italie) 1h51'02", 24. Edouard Bihoué (Ouest Sud-Ouest) 1h51'08", 25. Henri Anglade (France) 1h51'13", 26. Piet Damen (Pays Bas) 1h51'16", 27. Jos Thomin (Ouest Sud Ouest) 1h51'23", 28. Antoon Van Der Steen (Pays Bas) 1h51'29", 29. Pierre Beuffeuil (Ouest Sud Ouest) 1h51'38", 30. Luis Otano (Espagne) 1h51'43", etc...

LES DIX PREMIERS DU GENERAL A L’ISSUE DU CHRONO

1. Jacques Anquetil (France) 106h54’47”, 2. Charly Gaul (Suisse-Lux) à 10’02”, 3. Guido Carlési (Italie) à 10’06”, 4. Hans Junkermann (Allemagne) à 13’55”, 5. Fernando Manzanèque (Espagne) à 14’13”, 6. Imério Massignan (Italie) à 15’29”, 7. José Pérez-Francès (Espagne) à 18’27”, 8. Jean Dotto (Centre Midi) à 19’30”, 9. Jan Adriaenssens (Belgique) à 25’51”, 10. Eddy Pauwels (Belgique) à 26’27”, etc...

LA DORDOGNE CYCLISTE - PERIGUEUX VILLE ARRIVEE DU TOUR DE FRANCE © BERNARD PECCABIN

(La suite demain avec le 15 juillet 1961, où Périgueux devenait ville départ du Tour de France)

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 14-07-2011 à 00h00

 « Article précédant Retour à l'accueil du blog Article suivant »

 Articles dans la même catégorie
- EYMET, SON ANCIEN CANTON, SES COURSES CYCLISTES

- LE TOUR DE FRANCE EN DORDOGNE EN 2017

- ALAIN BUFFIERE : SA CARRIÈRE AMATEUR

- VERTEILLAC, SON ANCIEN CANTON, SES COURSES CYCLISTES

- CHAMPIONNATS D’AQUITAINE (palmarès)

- LE CYCLISME A NONTRON ET EN PERIGORD VERT

- TOUR DU PERIGORD

- COURSES D’ANTAN - SAISON 2000 EN DORDOGNE




SYNDICATION
 
Fil RSS 2.0
Ajouter à NetVibes
Ajouter à Google
Ajouter à Yahoo
Ajouter à Bloglines
Ajouter à Technorati
http://www.wikio.fr
 

Allzic en direct

Liens Commerciaux
L'information à Lyon
Retrouvez toute l'actu lyonnaise 24/24h 7/7j !


L'information à Annecy
Retrouvez toute l'actu d'Annecy 24/24h 7/7j !


L'information à Grenoble
Retrouvez toute l'actu de Grenoble 24/24h 7/7j !


Application Restaurant
Restaurateurs, demandez un devis pour votre application iPhone


Fete des Lumières
Fête des lumières : vente de luminaires, lampes, ampoules, etc.

Votre publicité ici ?
  Blog créé le 09-02-2010 à 14h30 | Mis à jour le 15-03-2017 à 16h55 | Note : 8.93/10