Logo Allmyblog
Logo Allmyblog
Lien de l'article    

LA-DORDOGNE-CYCLISTE
la-dordogne-cycliste

Pêle-mêle, vous trouverez sur ce blog destiné aux compétiteurs cyclistes et à leurs dirigeants, une compilation de faits, de résultats, de photos, d’histoires, de publications, sans aucune chronologie de dates. Vous pouvez ainsi surfer d’une année à d’autres, de sorte que toutes les générations de lecteurs y trouvent leur compte.
Un blog dédié aux anciens coursiers de notre Dordogne et de sa périphérie, mais aussi à tous nos futurs champions.
(Blog de Bernard PECCABIN)
Venez découvrir en quelques clics l’actualité sportive de notre discipline et celui de ses valeurs au travers de son patrimoine.
Participez à la vie de ce blog en adressant photos et reportages à l'auteur. e-mail : bernard.peccabin@wanadoo.fr (Tél : 06 37 43 45 96)
"La Dordogne Cycliste" ? Vraiment un blog pas comme les autres, mais toujours au chevet de ceux qui ont fait à une certaine époque et jusqu’à aujourd’hui, l'actualité de notre discipline en Dordogne !
Blog jumelé avec http://velodordogne.canalblog.com/

Contacter l'auteur de ce blog

CATEGORIES
- RETRO EN PERIGORD
- MES PUBLICATIONS
- COURSES DISPARUES
- MES DOSSIERS
- PHOTOS et RESULTATS

5 DERNIERS ARTICLES
- NORBERT BOUGON EST MORT : IL AVAIT 97 ANS
- CLASSEMENT FFC COUREURS AMATEURS - 1970-1995
- SAINT-AULAYE, SON ANCIEN CANTON, SES COURSES CYCLISTES
- RIBÉRAC ET SON CYCLISME (CAR et ECRPB)
- EYMET, SON ANCIEN CANTON, SES COURSES CYCLISTES
Sommaire

10 DERNIERS ARTICLES COMMENTES
- LA DOUZE (course disparue)
- SAINTE ORSE ET SA COURSE CYCLISTE DISPARUE
- MUSSIDAN : HISTOIRE DE SON CYCLISME (20° partie) 1974
- TREMOLAT ET SA COURSE CYCLISTE DISPARUE
- NONTRON ET SON CYCLISME (1973-1980) 5° Publication
- COULOUNIEIX (course disparue puis reprise)
- EUGENE CHRISTOPHE : Une grande légende (2° partie)
- COURSES DE CLOCHER EN PERIGORD - (38° édition)
- COURS DE PILE (Course disparue)
- MARIUS DUTEIL - FIGURE DE LEGENDE DU CYCLISME PERIGOURDIN (4° partie)

CALENDRIER
LunMarMerJeuVenSamDim
0102030405
06070809101112
13141516171819
20212223242526
27282930
<< Novembre >>

BLOGS FAVORIS
Ajouter la-dordogne-cycliste à vos favoris
 BORDEAUX-ARCACHON (Histoire d’une classique) - 5° partie Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 
Cliquer pour agrandir

- Ci-dessus Norbert Bougon, le dernier crabe rescapé de cette épopée.

LA CLASSIQUE BORDEAUX-ARCACHON

la plus ancienne, la plus courte et la plus rapide du Sud Ouest

Retour sur l'histoire de cette épreuve

- Relire la publication précédente (cliquez sur ce lien)

NORBERT BOUGON, DERNIER CRABE RESCAPE DE LA CLASSIQUE

- De cette grande et longue épopée, Norbert Bougon reste à l'heure où j'écris ces lignes le dernier survivant apte à raconter le Bordeaux-Arcachon. (NDLR : textes écrits en juin 2008). Né le 28 mars 1920, il a conservé malgré ses 88 printemps tous les souvenirs. Ceux de sa famille appartenant au monde du vélo, comme les siens où il a triomphé en 1938 sur le boulevard Deganne, puis en 1965 dans la catégorie des vétérans. Pour Norbert Bougon le cyclisme c'est toute sa vie, toute sa passion, presque sa raison de vivre. Sur un de ses livres intitulé "Mes débuts - Histoire d'un coureur cycliste d'avant guerre" il raconte avec beaucoup de cœur et de précision tous ses souvenirs. Ceux de son père Gaston, qui a vu un certain jour de 1892 l'arrivée triomphante de Duanip dans les rues de la ville. La presse en avait fait un évènement mémorable. Un an après Bordeaux-Paris, cette classique régionale se devait de réussir, car si Arcachon était une ville bourgeoise, elle aspirait à devenir une ville sportive de grande notoriété, d'où l'importance de cette épreuve qui en était à ses balbutiements. Gaston Bougon (le père) a d'ailleurs gagné lui aussi Bordeaux-Arcachon chez les vétérans en 1919, puis en 1920. Son oncle André a été une fine pédale avec la victoire dans l'épreuve reine en 1909. Il a laissé malheureusement sa vie lors du premier conflit mondial et c'est toute une génération de coureurs qui en ont supporté les conséquences. Norbert Bougon lui aussi est un enfant qui a été arrêté à la fleur de l'âge. Agé de 20 ans en 1940, il a perdu ainsi ses plus belles années dans l'atrocité et la barbarie d'un conflit. Et pourtant, il faut lire ses performances acquises de 1936 à 1939. Son histoire sportive, associative et même sociale est vraiment passionnante à parcourir. Elle constitue le rappel vivant de la vie des coureurs Arcachonnais, riche en souvenirs, en émotions et mêmes en leçons, pour tous ceux qui ont vécu cette période. La chronologie des évènements locaux ou locaux-régionaux au sein des évènements nationaux forme un ensemble harmonieux qui nous fait revivre les grandes heures du cyclisme du Bassin, ce cyclisme qui a tant fait vibrer de joie tous nos parents. Dans un authentique travail d'historien qui raconte son histoire, Norbert Bougon a recherché le détail, l'exactitude et la véracité de témoignages judicieusement harmonisés et synchronisés dans un style alerte et plaisant. On apprend que son grand-père Angel a été en 1910 Président du Club Cycliste Arcachonnais. On y découvre la puissante personnalité de Hubert Longau qui de la misère a accédé par son talent, son travail, sa personnalité à tous les étages de la grande société. On évoque surtout les exploits de la célèbre triplette Arcachonnaise composée de Norbert Bougon, Robert Dutein et de Robert Lafon. Sont écrits l'histoire de l'UCA, la construction de la piste, les courses au vélodrome, le passage du Tour de France, la place des professionnels dans le club, soit les plus belles pages du cyclisme de cette période de l'entre deux guerres. Norbert Bougon rencontre même et se voit remettre en 1937 une médaille par Maurice Martin, le célèbre personnage et poète qui a donné le nom de Côte d'Argent au littoral de sa région et qui a tant œuvré au sein de l'UVF. Mais pour mieux cerner les qualités de Norbert Bougon, de cet homme qui avait le virus du vélo collé dans sa peau, j'ai volontairement repris pour le prochain épisode, l'intégralité de sa course, celle du Bordeaux-Arcachon de 1938 qu'il a remporté. Elle seule nous donne l'impact, la puissance et la notoriété que pouvait avoir cette épreuve pour les puristes du cyclisme, pour ceux qui ne trichent pas, car pour gagner sur le Boulevard Deganne, on ne peut pas tricher… Il est vrai que Norbert Bougon a vécu de bons moments dans sa jeunesse, dans l'insouciance et sous la protection de sa famille totalement dévouée pour le cyclisme. Gamin, il affectionnait s'asseoir seul au milieu de la pelouse du vélodrome qui recouvrait l'intérieur de l'anneau rose de la piste. Il aimait s'isoler pour jouir du spectacle de la nature environnante, voir les grands pins qui balançaient leur cime dans le ciel, ces arbres sauvés par l'architecte qui avait construit ce vélodrome (de la Côte d'Argent) et dont le vert contrastait avec la couleur de l'herbe tendre. "Boubiche" pour les intimes, se souvient aussi de l'odeur des mimosas plantés dans les jardins des villas avoisinantes, ces mimosas qui au rythme des saisons allaient être ensuite remplacés par les genêts en fleurs… On le voit, il aimait plus que tout ce vélodrome, qui lui a permis de devenir un coureur, d'aimer cette nature, ce milieu, cette vie sportive, ce vélo dont il rêve toujours et qui est resté le maillon fort durant toute sa vie...

QUELQUES RAPPELS SOMMAIRES SUR L'EPREUVE

- Quelques détails que l'on peut rappeler avec départ à cette époque, sous les érables du restaurant Larue à l'Alouette-Pessac et arrivée sur l'avenue Deganne(5), face à l'asile hospitalier, lieux immuables de cette épreuve. En 1946, l'Union Cycliste Arcachonnaise présidée par Hubert Longau, ouvrit l'épreuve aux coureurs de toutes régions et de tous pays, aspirants et professionnels exclus. De la Libération et jusqu'en 1956, l'épreuve se déroulera le 15 août pour passer ensuite au 3° dimanche de septembre, tout cela à cause des problèmes liés à la circulation routière.

Le parcours : Pessac-Alouette - Gazinet - Toctoucau - Pierroton - Croix d'Hins - Marcheprime - Les Argentières - Facture - Le Teich - Gujan - La Hume - La Teste - Arcachon. Et s'il y a eu départ à Marcheprime à un certain moment, c'est Norbert Bougon lui-même qui a renoué les liens avec Pessac pour que l'épreuve continue à perdurer, à une période où il était devenu Président de l'UC Arcachon et ceci malgré une circulation auto devenue intense.

- Après ces quelques informations sommaires, j'ai donc le plaisir de vous faire vivre quelques points forts des éditions d'après guerre de cette classique, où les anciens découvriront j'espère, de nombreux souvenirs au travers des épisodes colorés et des coureurs classés.

- L'épreuve se trouve de même mis en avant par un départ au profit des vétérans, une heure avant les seniors, soit un lot de partants au passé remarquable. La course franchissant trois passages à niveau, les horaires se devaient d'être respectés par tous. Mais tout cela s'arrêtera en 2004, date de la dernière édition, la route et sa circulation ayant dévoré le bonheur aux cyclistes, qui durent capituler face aux exigences des autorités publiques vis-à-vis de l'utilisation de la voie publique.

 (5) Adalbert Alexandre Iphicles Deganne, chevalier de la Légion d'honneur, ingénieur des Ponts et Chaussées, ancien maire d'Arcachon, né à Vertus le 20 octobre 1817, décédé en Arcachon le 10 octobre 1886. Il avait coopéré en 1841 à la construction du chemin de fer de Versailles et de plusieurs autres, en particulier celui de Bordeaux à La-Teste-de-Buch dont il devint responsable de l'exploitation en 1845.

A cette époque, il se fixa à Arcachon après son mariage en 1844 avec la Testerine Marie-Anne dite Nelly Robert et participa à la naissance de cette station balnéaire. Il avait reçu en dot de sa femme des hectares de forêt sur la future commune d'Arcachon dont la revente en parcelles constructibles lui donna une immense fortune dont il usa généreusement en dotant sa ville d'un château, d'un théâtre, d'un gymnase, de divers autres établissements et d'avenues de 25 m de large, ces dons et investissements donnant de la plus-value aux terrains qu'il vendait. - Adalbert Deganne n'a pas oublié qu'il était né à Vertus (Marne). De son vivant il subvenait aux besoins des sociétés de secours mutuel, de musique, etc.… et les pauvres connaissaient cet homme charitable à qui on ne s'adressait jamais en vain. Par testament il laissa à la ville de Vertus les propriétés et les habitations qu'il détenait plus le cinquième du produit de la vente des terrains qu'il possédait à Arcachon et où étaient élevées de nombreuses et somptueuses villas. Ce legs était fait à la condition que la commune de Vertus consacra la somme nécessaire à la construction et à l'entretien d'un hôpital pour les vieillards qui porterait son nom. Il semble qu'elle ait refusé ce don

SUITE DU PALMARES DE L'EPREUVE : 1961 - Serge Poletto (Girondins) les 50 kms en 1h05'30s, Estebanez (SA Bordelais), Debiard (SA Bordelais), 1962 - Yvon Roullin (Royan Océan Club) les 50 kms en 1h05'32s, André Dattas (Valence sur Baïse), Jean-Louis Chabanne (SCA. Libourne), 1963 - Alain Charles (CC Périgourdin) les 50 kms en 1h07'04s, Francis Campaner (Bordeaux VC), Bardy (Girondins de Bordeaux), 1964 - Yvon Roullin (Royan OC) les 50 kms en 1h08'38s, Michel Lannier (Royan OC), Claude N'Haux (Sauveterre), 1965 - Serge Lapébie (SAB) en 1h14'35s, Dupuch (SAB), Badia (Toulouse), 1966 - Alain Favarel (CA Castelsarrasin) en 1h03'20s (nouveau record), Lescarret (SAB), Rousselet, 1967 - Gérard Berthomet (CO La Couronne), Lamarque (US Testerine), Ruffat (UC. Orthez), 1968 - Francis Peyré (Sainte-Livrade) les 50 kms en 1h07'49s, Christian Dolhats (VC. Tarnos), Gérard Vigouroux (Sainte-Livrade), 1969 - Christian Dolhats (VC Tarnos), Francis Peyre (UCD Villeneuve), Pauillac, 1970 - Dominique Durand (US Talence), Panizzon (Stade Montois), Daniel Merle (CO La Couronne), 1971 - Joël Expert (CA Créon), Daniel Merle (CO Couronne), Fancis-Xavier Lopez (CA Créon), 1972 - Serge Perrin (VC Nérac) en 1h14'43s, Villeneuve (UC Gujan Mestras), Monté (AS Facture), 1973 - Jacky Hurou (VC Tarbais) les 57 kms en 1h12'00s, Fernand Lajo (US Talence), Hervé Calas (VC Castelnau), 1974 - Michel Dufour (UA Vic) en 1h15'16s, Garcia (AS Facture), Gomez (US Bouscat), 1975 - Fernand Lajo (US Talence), Pierre Biscay (US Talence), Jacques Dolhats (Aviron Bayonnais) (à suivre)

LA DORDOGNE CYCLISTE - L'Histoire de la Classique BORDEAUX-ARCACHON (5) © BERNARD PECCABIN

(à la mémoire d'Hubert Longau, de Gaston Bougon et de tous les crabes de l'UC Arcachon)

Prochaine partie : Norbert Bougon, consacré pour l’éternité (extraits de son livre)

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 01-10-2011 à 13h44

 « Article précédant Retour à l'accueil du blog Article suivant »

 Articles dans la même catégorie
- NORBERT BOUGON EST MORT : IL AVAIT 97 ANS

- CLASSEMENT FFC COUREURS AMATEURS - 1970-1995

- SAINT-AULAYE, SON ANCIEN CANTON, SES COURSES CYCLISTES

- RIBÉRAC ET SON CYCLISME (CAR et ECRPB)

- EYMET, SON ANCIEN CANTON, SES COURSES CYCLISTES

- LE TOUR DE FRANCE EN DORDOGNE EN 2017

- ALAIN BUFFIERE : SA CARRIÈRE AMATEUR

- VERTEILLAC, SON ANCIEN CANTON, SES COURSES CYCLISTES




SYNDICATION
 
Fil RSS 2.0
Ajouter à NetVibes
Ajouter à Google
Ajouter à Yahoo
Ajouter à Bloglines
Ajouter à Technorati
http://www.wikio.fr
 

Allzic en direct

Liens Commerciaux
L'information à Lyon
Retrouvez toute l'actu lyonnaise 24/24h 7/7j !


L'information à Annecy
Retrouvez toute l'actu d'Annecy 24/24h 7/7j !


L'information à Grenoble
Retrouvez toute l'actu de Grenoble 24/24h 7/7j !


Application Restaurant
Restaurateurs, demandez un devis pour votre application iPhone


Fete des Lumières
Fête des lumières : vente de luminaires, lampes, ampoules, etc.

Votre publicité ici ?
  Blog créé le 09-02-2010 à 14h30 | Mis à jour le 06-11-2017 à 15h35 | Note : 8.93/10